Lengua vs. dialecto (I): características y diferencias

Langue vs dialecte (I) : caractéristiques et différences

Sauriez-vous donner la définition d’une langue et d’un dialecte ? Pourriez-vous expliquer ce qui les différencie ?

Bien que ces deux concepts soient certainement mieux connus par les linguistes et les professionnels de la traduction, le fait est que nous les avons tous entendus ou utilisés plusieurs fois dans notre vie quotidienne. Néanmoins… sommes-nous vraiment capables de distinguer une langue d’un dialecte ? De nos jours, la frontière entre les deux est de plus en plus floue, car ces concepts linguistiques sont profondément influencés par la politique et la culture.

Les langues et les dialectes possèdent une série de caractéristiques de base qui nous permettent de les définir et de les différencier de façon générale les uns par rapport aux autres.

Cependant, les langues et les dialectes possèdent une série de caractéristiques de base qui nous permettent de les définir et de les différencier de façon générale les uns par rapport aux autres. Voyons ce qu’il en est !

  1. Langue
  • C’est une forme de communication employée par des locuteurs d’une même communauté. Cependant, une langue ne correspond pas forcément à une nation.
  • Il existe une grande variété de langues dans le monde. Celles qui viennent d’une même famille présentent des similitudes entre elles et sont intercompréhensibles.
  • Une même langue a différents dialectes.
  • Elle se matérialise de deux façons : orale et écrite.
  • Elle possède une forme normalisée qui peut être à la fois orale et écrite, plus communément connue sous la dénomination standard ou variété standard d’une langue.
  • Elle dispose d’une série de règles linguistiques (grammaticales, lexicales et orthographiques) que les locuteurs doivent respecter. Ces règles permettent aux académies des langues et aux dictionnaires de réglementer l’utilisation de la langue, c’est-à-dire de déterminer ce qui est correct et ce qui ne l’est pas.
  1. Dialecte
  • Il s’agit d’une langue régionale spécifique utilisée par un groupe linguistique appartenant à une zone géographique définie. Par conséquent, un dialecte provient bien d’une langue.
  • Il ne possède pas forcément de règles établies.
    • Exception : certains dialectes présentent une série de caractéristiques propres (un lexique, des expressions et constructions grammaticales spécifiques). Il s’agit de règles que les locuteurs appliquent lorsqu’ils parlent ou écrivent. L’occitan, le catalan, l’anglais britannique ou américain, entre autres, sont un bon exemple de langues régionales. Aussi bien le catalan que l’anglais britannique et américain disposent de dictionnaires qui réglementent leur utilisation, bien que ces variétés proviennent respectivement de l’occitan et de l’anglais.
  • Normalement, il n’y a pas de variété standard.
    • Exception : comme décrit précédemment, les caractéristiques propres d’un dialecte donnent lieu à des règles par lesquelles une version standard d’un dialecte particulier peut être créée.
  • Habituellement, il ne se matérialise qu’oralement. Pour rédiger des textes formels, les dialectophones utilisent souvent la norme de la langue d’où provient leur variété linguistique.
    • Exception : il est possible de trouver des textes écrits dans un dialecte donné (normalement, dans sa version standard, s’il en a une). Pour le savoir, il suffit d’observer si ces écrits présentent les caractéristiques linguistiques propres de cette variété dialectale particulière.
  • Les différences culturelles donnent naissance à des dialectes divers. S’ils proviennent de cultures ou de langues semblables, ou bien de la même langue, beaucoup pourront présenter des similitudes entre eux. Toutefois, il est important de préciser que certains dialectes ont beaucoup évolué, surtout régionalement, au fil du temps. Ils présentent donc de grandes différences par rapport à leurs frères ou à leur langue d’origine. Il se peut qu’un jour, un dialecte soit si éloigné de sa langue mère qu’il en devienne une langue, comme cela a été le cas dans le passé avec le latin et le français.

Langue vs dialecte (I) : caractéristiques et différences

Photo de Ryan Wallace sur Unsplash

En bref, ce qui distingue habituellement une langue d’un dialecte est que la langue possède un statut officiel et des règles écrites qui lui confèrent une justesse grammaticale et dont il est possible d’en extraire une norme. En outre, il existe des académies des langues et des dictionnaires qui précisent comment la langue normalisée doit être correctement employée. À l’inverse, un dialecte peut être dépourvu de règles écrites et de normes, ainsi que d’institutions ou de dictionnaires qui réglementent son utilisation, notamment s’il se transmet oralement. Cependant, nous avons déjà pu constater que ce n’est pas toujours le cas.

Il est quelquefois difficile de faire la différence entre une langue et un dialecte, car les caractéristiques qui les définissent présentent des exceptions pertinentes. Il y a donc tout un débat ouvert sur ce sujet, regroupant des questions linguistiques, culturelles et politiques diverses et très importantes.

À l’heure actuelle, il est difficile de faire la différence entre une langue et un dialecte, car, comme le montrent les deux listes présentées, les caractéristiques qui définissent chaque concept présentent des exceptions pertinentes. En conséquence, il y a aujourd’hui un débat ouvert sur ce sujet dans lequel se réunissent diverses questions linguistiques, culturelles et politiques, qu’il est important de prendre en compte afin de fournir une définition précise de ce que sont une langue et un dialecte. Existe-t-il un dialecte qui devrait être officiellement reconnu comme une langue ? Beaucoup sont ceux qui pensent que le gouvernement devrait accorder le statut de langue à leur dialecte natal parce qu’il possède certaines caractéristiques qui lui sont propres, qu’il est sensiblement différent de la langue dont il est issu, ou bien qu’il est l’outil qui, d’un point de vue culturel et politique, leur permet de se distinguer en tant que culture ou peuple différents de celui qui utilise la langue officielle d’une nation. Un grand nombre de locuteurs considèrent qu’un dialecte est subordonné à sa langue mère ou à la langue officielle d’un pays et que, par conséquent, non seulement il ne jouit pas du même prestige social, mais que son usage est relégué au second plan, éclipsé dans des contextes formels par l’usage majoritaire de l’une des langues susmentionnées. Par conséquent, l’usage du dialecte doit être défendu par tous les moyens disponibles (enseignement, politique, traditions, territoire d’origine, etc.) et être mis sur un pied d’égalité avec la langue ou même lui être prioritaire. D’autres, en revanche, ne pensent pas de la même façon. Ils soutiennent que la variété linguistique qu’ils parlent est un dialecte et qu’ils n’ont aucun problème à utiliser la forme normalisée pour communiquer oralement ou par écrit dans des contextes autres que les contextes familiers, informels ou régionaux. L’important pour eux, comme dans le cas précédent, est que leur dialecte ne disparaisse pas au profit de leur langue d’origine ou de la langue nationale. Il doit être défendu juridiquement et enseigné afin de pouvoir perdurer. Cependant, pour atteindre cet objectif, il n’est pas nécessaire de lui attribuer le statut de langue ou qu’il prenne le pas sur celle-ci. Il y existe de nombreuses opinions et toutes sont aussi valables les unes que les autres. Le débat est ouvert !

María Soria
info+msoria@sanscrit.net

Es filóloga inglesa, editora y traductora inglés-español. Apasionada de la escritura, tiene amplios conocimientos en corrección de textos en español y traducción literaria, humanística y jurídica. Ha traducido y autopublicado en Amazon varios relatos breves. En sanscrit, se ocupa del marketing. LinkedIn | Web