L’hydroélectricité, le moteur qui fait vivre la Norvège

L’hydroélectricité, le moteur qui fait vivre la Norvège

On peut l’affirmer, la Norvège est sans doute le pays le plus durable au monde. Avec le Danemark et la Suède, elle est en tête de la liste des États qui, au cours de la dernière décennie, ont mis en œuvre le plus d’initiatives axées sur la durabilité. Son relief unique offre des ressources naturelles propices à la production d’hydroélectricité et le soutien du gouvernement crée, en outre, un cadre idéal pour les entreprises nationales qui souhaitent investir dans les énergies propres. Pourquoi la Norvège est-elle une référence internationale en matière de protection de l’environnement et d’utilisation des ressources vertes ? Quelle est la relation entre cet aspect et le travail d’une agence de traduction professionnelle ? Dans cet article, nous allons essayer de répondre à ces questions.

Qu’est-ce que l’hydroélectricité ?

L’hydroélectricité est un type d’énergie renouvelable basé sur la production d’électricité par le mouvement de l’eau des fleuves. Ce flux, correctement canalisé, parvient à faire bouger les turbines qui actionnent les générateurs électriques d’une centrale hydroélectrique. Bien qu’il ne soit pas tout à fait régulier, parce qu’il subit des variations en fonction du terrain et de la période de l’année, le cycle du fleuve ne s’arrête pas naturellement. L’exploitation hydraulique se fait dans les barrages, dont les turbines trouvent toujours de l’eau fluviale pour les propulser. Les pays disposant des plus grands débits d’eau douce peuvent tirer le maximum de bénéfices de cette ressource : la bonne disposition des barrages suffit pour exploiter les flux en aval. Par conséquent, l’eau retenue dans les bassins ou les barrages artificiels constitue un grand réservoir d’énergie potentielle.

L’engagement de la Norvège en faveur de l’environnement

Pour démontrer la réalité de cet engagement, nous avons compilé quelques données qui attestent du bon travail de la Norvège dans sa course à la durabilité.

La Norvège en tête de l’indice ND-Gain

Le gouvernement norvégien ainsi que la société norvégienne sont profondément conscients de l’urgence climatique mondiale et leur forte implication dans cette lutte a été prise en compte par l’Université de Notre-Dame, responsable de la publication de l’indice ND-Gain. Cet indice évalue 181 pays en fonction de leur vulnérabilité au changement climatique et de la façon dont ils se préparent pour s’y adapter et/ou y faire face. En 2019, la Norvège est arrivée en tête de liste et l’Espagne a atteint une remarquable 26e place. La mise en œuvre de solutions durables en Norvège touche à la fois les entreprises et les entités des secteurs privé et public. Ses initiatives visant à électrifier les transports terrestres et maritimes contribuent, dans une large mesure, à maintenir la Norvège à cette louable première place.

La Norvège et les objectifs de développement durable

Selon les données publiées par l’ambassade de Norvège en Espagne, les 17 ODD (Objectifs de Développement Durable) proposés par les Nations unies sont une priorité pour le gouvernement norvégien. Leur adoption en 2015 a été suivie par l’élaboration d’un plan d’action national avec des actions déléguées à chacun de ses ministères. Les résultats n’ont pas tardé à être visibles : en mai 2016, le gouvernement norvégien a signé un engagement anti-déforestation visant à interdire l’utilisation de tout produit dans sa chaîne d’approvisionnement qui puisse contribuer à l’abattage des arbres. Trois faits importants :

  • Oslo a été élue capitale verte européenne en 2019. L’objectif du gouvernement est de rendre la ville totalement neutre en carbone d’ici 2050.
  • 98 % du réseau électrique norvégien est alimenté par des sources d’énergie renouvelable.
  • En 2019, le Comité d’assistance de l’OCDE a révélé que seuls la Norvège, le Danemark, le Luxembourg, la Suède et le Royaume-Uni avaient réussi à allouer 0,7 % de leur PIB annuel (l’objectif de l’ONU) à l’aide au développement.

Le soutien institutionnel est la clé du succès de la Norvège

Innovation Norway est le principal organisme public norvégien qui se consacre, par le biais de mesures de soutien stratégique et financier, à stimuler l’innovation dans les entreprises locales. L’un de ses piliers d’action est le développement de solutions permettant de réduire l’empreinte carbone de l’industrie et des transports. Ces actions ont consisté, par exemple, à promouvoir l’utilisation de l’hydrogène en remplacement des combustibles fossiles ou à stimuler la production et la distribution d’énergies propres comme l’énergie solaire, éolienne ou hydraulique.

L’hydroélectricité, le moteur qui fait vivre la Norvège

Crédit photo : Michael Fousert sur Unsplash

L’hydroélectricité en Norvège (ou l’art d’exploiter ingénieusement les ressources naturelles)

La production d’hydroélectricité est sans aucun doute un moteur majeur de l’économie nationale : comme nous l’avons vu, la Norvège est un leader en Europe et un exemple à suivre pour la communauté internationale. Cependant, il y a quelque chose de différent dans ce pays, une ressource naturelle qui permet et favorise l’exploitation hydraulique. Qu’est-ce que c’est ? Nous parlons des fjords, des vallées qui ont été creusées par l’érosion des glaciers et dont l’espace a été occupé par la mer. En conséquence, les fjords peuvent atteindre des profondeurs supérieures à celles des mers qui les entourent (et les remplissent). La grande majorité des fleuves de Norvège se jettent dans ces grands réservoirs d’eau douce. En outre, la Norvège présente un relief très particulier. De ses plateaux (qui s’élèvent à plus de mille mètres au-dessus du niveau de la mer), des cascades abruptes plongent dans les fjords. Les débits ne baissent jamais, du fait des pluies abondantes et des chutes de neige tout au long de l’année, ainsi que de la haute imperméabilité des manteaux rocheux qui recouvrent les cours d’eau. Les Norvégiens ont fait preuve de beaucoup de créativité pour tirer parti de ces conditions favorables dans leur environnement et ont créé un système ingénieux de pompage de l’eau entre différents réservoirs afin de stocker l’énergie en période de faible demande. Un labyrinthe complexe de tunnels relie des réservoirs situés à différentes hauteurs, ce qui permet de réguler les flux en fonction de la demande énergétique du pays.

La valeur de la traduction professionnelle dans le secteur de l’énergie

Le soutien du gouvernement, la sensibilisation de la société et les conditions naturelles favorables font de la Norvège une référence internationale dans le secteur des énergies renouvelables. Comme nous l’avons vu, l’exploitation hydraulique est le produit d’une multitude de connaissances en ingénierie et en sciences de l’environnement. La documentation relative à ces projets va des manuels techniques et des fiches techniques aux études d’impact sur l’environnement ainsi qu’aux appels d’offres internationaux et aux propositions commerciales. Ce type de traductions est réalisé par un traducteur au profil technique, un professionnel de l’ingénierie qui, fort de ses connaissances et à sa familiarité avec la terminologie propre au secteur de l’énergie, est capable de traduire et de localiser ces textes. Un traducteur comme ceux qui collaborent avec sanscrit.


Alejandro Gonzalez
info+alejandro@sanscrit.net

Es redactor de contenidos con una trayectoria multidisciplinar; sus conocimientos lingüísticos y su experiencia en Traducción, Tecnología y Marketing le permiten convertir las ideas a palabras con facilidad.