Le rôle de la Norvège dans la réduction de l’impact environnemental des cryptomonnaies.

La Norvège : environnement et cryptomonnaies

Bien que les cryptomonnaies soient actuellement très à la mode, la vérité est que leur popularité augmente de plus en plus chaque jour. Le fait qu’il s’agisse d’une monnaie décentralisée (avec les risques que cela comporte) alterne entre la peur pour certains et l’attraction pour d’autres. Toutefois, le minage des cryptomonnaies est un processus coûteux et énergivore.

Nous verrons, aujourd’hui, pourquoi les montagnes norvégiennes cachent une solution efficace à ce problème et pourquoi le secteur de la traduction professionnelle a beaucoup à dire dans la recherche d’un équilibre délicat (mais nécessaire) entre rentabilité et durabilité.

Qu’est-ce qu’une cryptomonnaie ?

Une cryptomonnaie ou une cryptodevise est une monnaie numérique qui n’est pas soumise au contrôle des banques ou des États. Elle n’appartient à aucun pays de la communauté internationale, il n’y a donc aucun facteur qui influence sa valeur au-delà du nombre d’utilisateurs qui s’en servent : plus l’utilisation est importante, plus la valeur marchande est élevée.

La grande particularité des cryptomonnaies est qu’elles n’existent que sous forme virtuelle, contrairement aux devises traditionnelles qui ont leur équivalent en « billet de banque ». En outre, elles ne peuvent être stockées que dans des portefeuilles numériques et ont une parité avec d’autres monnaies comme l’euro ou le dollar, également sujettes à des fluctuations.

D’autre part, elles sont acceptées comme moyen de paiement par de nombreuses entités dans le monde entier, telles que la banque BBVA, la compagnie aérienne Norwegian, l’agence de voyages Destinia, le système de paiement en ligne PayPal ou la chaîne de restaurants Starbucks, entre autres.

Qu’est-ce que le bitcoin ?

Le bitcoin est actuellement la cryptomonnaie la plus précieuse. Aujourd’hui, 1 bitcoin équivaut à un peu plus de 41 000 euros et sa tendance est clairement à la hausse. Certains affirment qu’en peu d’années, le bitcoin pourrait atteindre un demi-million d’euros.

En quoi consiste le minage de cryptomonnaies ?

Le minage de cryptomonnaies est le processus par lequel certaines de ces monnaies sont créées (car elles ne sont pas toutes générées par le minage numérique). En gros, il s’agit pour un ordinateur de résoudre certains calculs mathématiques dont la récompense est l’actif numérique lui-même, appelé cryptomonnaie.

Cryptomonnaies : attraits et dangers

La dépense énergétique annuelle nécessaire pour obtenir des bitcoins représente 0,6 % de toute la consommation mondiale et la communauté scientifique met en garde contre une augmentation potentielle de la température mondiale de la planète de 2 ⁰C au cours des vingt prochaines années en raison des processus de minage.

D’un autre côté, il n’est pas sérieux d’ignorer les raisons qui ont mis ces nouvelles monnaies sous les feux des projecteurs, puisqu’elles sont présentées comme une véritable alternative aux modèles économiques traditionnels, centralisés et contrôlés par les banques et les gouvernements.

Cette « promesse de démocratisation » conduit de plus en plus d’utilisateurs à investir dans plusieurs cryptomonnaies (pas seulement en bitcoins), allant même jusqu’à ignorer l’impact environnemental découlant de la forte demande d’énergie nécessaire au processus de minage.

Le rôle de la Norvège dans la réduction de l’impact environnemental des cryptomonnaies

Crédit photo : John O’Nolan sur Unsplash

Les avantages de la Norvège pour le minage des cryptomonnaies

Les caractéristiques géographiques de la Norvège en font une région propice au minage des bitcoins et certains en tirent déjà profit pour résoudre l’éventuel problème environnemental posé par les cryptomonnaies. La réponse, popularisée par Jules Verne, réside dans « Voyage au centre de la terre ».

Sur les rives du Nordfjord et à plus de 50 mètres de profondeur sous le niveau de la mer, un complexe souterrain connu sous le nom de mine Lefdal, une ancienne mine d’olivine restée fermée pendant une décennie, abrite aujourd’hui le plus grand centre de données d’Europe, propriété de la société allemande Northern Bitcoin.

Il n’y a aucune zone à l’intérieur de ce complexe où la température dépasse 8 ⁰C, grâce aux eaux froides du fjord adjacent. Cela permet de couvrir les énormes besoins en refroidissement de l’ensemble de l’infrastructure informatique hébergée à l’intérieur.

La mine Lefdal est alimentée par l’énergie de la centrale hydroélectrique d’Askara, construite dans le creux d’une montagne située à moins de 60 km et dont les turbines pompent environ 17 000 litres d’eau par seconde.

Ces conditions environnementales font que le minage des bitcoins nécessite beaucoup moins d’énergie que dans pratiquement n’importe quelle autre partie du monde. La société propriétaire de la mine Lefdal estime que le coût de minage de bitcoins ne représente que 6 % de sa valeur marchande actuelle.

Le traducteur professionnel et sa relation avec l’industrie des cryptomonnaies

À l’heure actuelle, il n’existe aucune entreprise technologique n’ayant pas envisagé l’internationalisation. Le marché permet une distribution à l’échelle mondiale de solutions et de fournitures liées à l’informatique et la nature même du minage des bitcoins ne fait qu’accroître cette demande.

Tous les domaines d’expertise de cette activité sont susceptibles d’être confrontés à un problème de langue : on aura besoin d’un traducteur technique pour les manuels de spécifications, d’un traducteur spécialisé en énergie et environnement pour la documentation des études et projets d’ingénierie ainsi que d’un traducteur juridique pour les contrats entre les entreprises et les pouvoirs publics norvégiens.

Le profil recherché est celui d’un traducteur international qui, en plus de maîtriser une ou plusieurs paires de langues et domaines de connaissances, s’appuie sur une agence de traduction expérimentée clairement orientée vers l’excellence. En d’autres termes, un traducteur offrant ses services à une agence comme sanscrit.


Alejandro Gonzalez
info+alejandro@sanscrit.net

Es redactor de contenidos con una trayectoria multidisciplinar; sus conocimientos lingüísticos y su experiencia en Traducción, Tecnología y Marketing le permiten convertir las ideas a palabras con facilidad.